Expédition Bairaman 2002 – Papua New Guinea

Posted by on Août 28, 2012 in Expédition | One Comment

Exploration sous la Jungle 2002
Massif de la BAIRAMAN

Compte-rendu sucinct :

L'équipe forte de 17 personnes est arrivée en 2 temps sur l'île de nouvelle-Bretagne.

Aussitôt sur place, le premier groupe s'est divisé pour plus d'efficacité dans la phase préparatoire.
– Gérard C. et Raphi S. sont directement partis sur Kimbé récupérer le matériel stocké l'an dernier. Ils l'on ensuite acheminé sur le village de Bairaman par avion.
– Le gros de l'équipe est monté au nord, sur Rabaul-Kokopo afin de prendre contact avec les autorités locales, de décider de la stratégie avec le pilote de l'hélico et de négocier un hébergement pouvant accueillir l'équipe et le matériel.
Pendant que certains s'approvisionnent en vivres et en matériels pour les 4 semaines à passer en forêt, Bernard T, Olivier G, Alfredo M et Jean-Marc H. embarquent le samedi 19 au matin dans l'hélico avec le strict minimum direction les hauts plateaux de la Bairaman. Leur objectif est de rejoindre le point choisi pour l'installation du camp de base, sur les bords du plateau et de préparer une DZ pour l'arrivée des suivants.
Dès que vivres et matériels ont été achetés, pesés et numérotés sur Kokopo, Marcin et Tomeck vont acheminer le tout sur Bairaman par bateau.
En même temps, l'équipe sentier, Enrique O, Steph M et Franck B. rejoint le village de Maïto à 6 h de marche de Bairaman et commence la taille pour atteindre les coordonnées du camp de base.

La communication est une condition indispensable à la réussite de l'expé, pour cela les différentes équipes sont en relation par téléphone satellite et par des talkies particulièrement puissants (contact 5/5 entre le plateau et le bord de mer à plus de 25 km).

Le premier contact avec la montagne nous a réservé une surprise de taille, ici, comme sur la Galowé, la forêt primaire a été détruite par le cyclone de 97. Les déplacements vont donc devenir la difficulté majeure de l'expédition.
Effectivement après 4 jours d'une taille difficile, l'équipe du sentier est encore très loin du camp. Afin de gagner un temps précieux, nous décidons alors d'héliporter toute l'équipe et le matériel . En une journée, en jonglant avec le mauvais temps depuis l'aube, nous serons tous au camp avec 7 rotations d'hélico.
Grâce à l'efficacité des premiers arrivés, aux jalons posés par les nombreuses expé précédentes mais aussi grâce à la chance (nous n'avons perdu aucun bagage lors du voyage); 3 jours après son départ de Toulouse, la seconde partie de l'équipe était à Bairaman pour l'héliportage, du jamais vu !

Après 3 jours passés à construire un camp digne de ce nom, les choses sérieuse commencent vraiment. Par petits groupes, nous taillons en direction des objectifs pointés en 2000, des anomalies topographiques de nos cartes au 100 000ème, mais aussi vers toute les dépressions que nous trouvons sur notre route.
Ainsi nous avons prospecté le talweg le plus marqué du plateau sur 6 Km.
Atteint le pt n° 10, n°9, n°11, n°5 et nous sommes allés dans les grosses dolines à 2 km du pt n°7. Nous avons trouvé beaucoup de pertes obstruées par des éboulis; les points repérés que nous avons pu atteindre se sont tous révélés décevants. Seule la prospection systématique a donné quelques résultats :
> Le talweg a livré 6 entrées dont 3 donnant sur des réseaux importants.
> La zone du pt 7, 2 gouffres majeurs.

Nous n'avons pu dépasser la côte des – 250 m, dans chaque cavité, siphon et trémie nous ont systématiquement fait obstacle. Seule exception au tableau, Waran exploré au cours des tous derniers jours et arrêt sur rien vers – 220 m. Cette cavité reste à revoir mais la situation de l'entrée et la configuration des galeries font que les crues sont un risque extrêmement important à prendre en compte.

10 jours après notre largage sur le massif, nous avons eu l'heureuse surprise de voir arriver 8 papous du village de Maito. Six d'entre eux resteront avec nous jusqu'a la fin, leur aide à la machette et au portage nous a grandement facilité la tâche sur les derniers jours.

Sur le plan médical, même si nous avons tous eu quelques petits soucis, coupures et autres plaies, nous n'avons heureusement pas eu de problèmes graves a gérer. Les plus importants ont été une coupure profonde à la main, un ulcère tropical au bras, une infection à l'œil, de fortes douleurs lombaires et un début d'infection généralisée en fin de séjour. Notre assistance par les équipes du SAMU 31 via satellite s'est révélé efficace et adaptée ce type d'expédition.

En conclusion, Nous avons eu la chance d'être les premiers a mettre les pieds sur ce massif des monts Nakanaï. Nous avons a peine levé le voile sur son potentiel d'exploration. Les suivants, dont certains d'entre-nous ferons parti un jour j'en suis sûr, auront à poursuivre ce travail de longue haleine qu'est l'exploration spéléologique.

Les PHOTOS de l'expédition

 

1 Trackback

Leave a Reply

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.